Rapprochement à distance…

La semaine dernière, je vous entretenais de la nécessité, selon moi, de maintenir de bonnes valeurs, pratiques et méthodes pédagogiques malgré les changements technologiques imposés par la distanciation prophylactique.

Nous étions dernièrement en séminaire distanciel et avions tous les yeux rivés sur notre écran avec, en ligne de mire, les vignettes de chacun des participants. L’énergie commençait à baisser dans le groupe, aussi avions décidé de faire une pause. 

Ceux et celles d’entre vous qui ne sont pas familiers de ce type de formations doivent savoir que pour assurer un état d’esprit favorable au sein du groupe, toutes les séances débutent par un exercice dit « d’inclusion ».

Durant la pause, la coach du jour s’était donc interrogée afin d’imaginer un exercice « energizer », histoire de rendre aux membres du groupe l’énergie nécessaire à la poursuite de la journée. Epaulée par Bernard, la coach proposa l’exercice « assis, debout » suivant:

Chacun est assis derrière son ordinateur et doit avoir la possibilité de se lever sans détruire quoique ce soit et en préservant son environnement physique. La coach nous proposa de reculer notre chaise tout en gardant les yeux sur les vignettes, pour favoriser le mouvement. Et le travail d’énergizer commença.

Deux sont debout. Ceux qui sont debout ont l’initiative de s’asseoir; mais à tout instant il doit y avoir deux (et seulement deux) personnes debout parmi tous les participants (pas une, ni trois, ni zéro). Dès qu’une des deux personnes s’assied, un autre participant doit se lever dans le même temps.

La connivence était là, les fous-rires aussi. La joie se ressentait autour « du cercle ». Stimulation à se lever, stratégie à rester assis, attention aux autres, intention cadrée bienveillante et constructive, tout était au rendez vous pour servir d’énergizer comme imaginé.

La coach a alors arrêté ce travail, sentant que l’énergie du groupe avait atteint le niveau souhaité.

Moment de réflexion !

Que faire de ce travail quand on est en groupe. Je vois trois niveaux de questionnement, aidé aussi par les questions souvent posées en improvisation (merci Bernard):

1. Ici & Maintenant, aux yeux de chaque individu

·        Comment s’est déroulé l’exercice pour vous (comment était-ce) ?

·        Qu’avez-vous observé au cours de cet exercice ?

·        Que s’est-il passé pour vous (qu’avez-vous ressenti) durant  l’exercice ?

·        Qu’est-ce qui a bien fonctionné ?

Lien avec votre pratique professionnelle

·        Que retirez-vous de cet exercice ?

·        En quoi cet exercice peut être utile dans votre environnement professionnel?

·        Qu’aimeriez-vous faire plus, en lien avec votre activité professionnelle ?

Qu’en tirer pour le fonctionnement du groupe

·        Qu’avez-vous perçu de la culture du groupe en terme d’Inclusion (dedans/dehors),

de Contrôle (dessus/dessous) et d’Ouverture (proche/à distance) ?

·        Quel pas pensez-vous que le groupe a fait durant cet exercice ?

·        Sur quoi poseriez-vous votre regard et votre intention lors d’un prochain travail de

groupe ?

Je vous souhaite une belle semaine.

Vos commentaires sont les bienvenus

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s