Archives pour la catégorie Billets d’humeur

Lendemain de veille…

Ce 1er janvier, le soleil, le vent et le froid s’étaient donné rendez-vous pour nous accompagner à l’occasion de notre première balade de l’année. Nous marchions le long de la côte en ce jour un peu spécial de lendemain de veille. Et si le temps était clair et lumineux, nos esprits l’étaient un peu moins, embrumés qu’ils étaient par les vapeurs liquoreuses du réveillon. 

Au gré de notre marche, nous ressentions avec joie la légère piqure du froid sur nos visages et les bienfaits vivifiants des embruns. Et c’était bon…

Arrivés à hauteur de bulles à verre où les riverains peuvent se débarrasser de leurs vidanges (nos lecteurs français liront « consignes »), nous découvrons des monticules de bouteilles vides de vins, de Champagnes et d’alcools divers. Quel spectacle! J’en souris, sans doute un peu malgré moi. Combien devait-il y en avoir ? Quelques centaines assurément. Tous ces gens avaient du avoir sacrément soif! Lire la suite

Pas rater la parité!

J’ai repensé l’autre jour au voyage en Grèce dont je vous parlais, il y a un peu plus d’un an, dans l’article « Moines Hauts et Merle Blanc ». Il y était notamment questions des Météores ces monastères hauts perchés au point d’être quasiment inaccessibles. A l’époque, j’avais demandé à l’un de nos hôtes locaux s’il était possible de passer une retraite en compagnie de Bélie au Mont Athos. Le sourire embarrassé que j’avais reçu en guise de réponse m’avait bien fait comprendre qu’il n’était pas question de mixité dans ce haut-lieu de spiritualité…

C’est la conférence de Alexander De Croo, vice-premier ministre du gouvernement belge en affaires courantes, qui a ravivé ces souvenirs. Il venait présenter son dernier livre « Le Siècle de la Femme » et nous a fait part de quelques réflexions relatives à la place encore trop discrète qu’occupent les femmes dans une société qui se dit pourtant égalitaire:

  • « Ah, je suis content, dit-il en commençant, de constater qu’il y a presque autant d’hommes que de femmes dans l’assemblée. »

Lire la suite

Rogier mène l’enquête…

 

Je viens de terminer avec ravissement la lecture de «Dans les Bois Eternels » de Fred Vargas. Un véritable page-turner que j’ai eu bien du mal à lâcher avant le mot « fin ».

Fred Vargas est une écrivaine française qui montre toute son érudition quel que soit le registre choisi: polar, monde animalier, nature humaine et archéologie.

En l’occurence, « Dans les Bois Eternels » est un polar dans lequel on retrouve son héros récurrent, le commissaire Adamsberg que l’auteure a doté d’une capacité de créativité, de déréflexion (voir Frankl) et d’une intuition hors du commun.

Au-delà de la dimension divertissante du roman, j’ai eu, tout au long des 400 pages, le sentiment d’assister à une succession de séance de coaching. Chaque détail était important, tout était systémique, les descriptions de Vargas reprenaient des éléments très différents en les mettant en lien les uns avec les autres. Cependant, dans l’essentiel, l’auteure montrait combien la prise de distance, le prendre soin de soi, la capacité de s’aérer étaient au cœur des interventions de son héros.  Lire la suite

Des larmes plein les cieux…

Aujourd’hui, j’ai beaucoup pleuré en assistant à la représentation de « L’Homme de la Mancha » à Louvain-la-Neuve. Grand amateur du maître, Filip Jordens y reprenait avec panache le rôle tenu jadis par Jacques Brel. Et le moins que l’on puisse dire est que l’émotion était au rendez-vous. Acteurs et musiciens étaient pleinement engagés, centrés, présents à eux, à l’œuvre et au public. Ce que ces artistes ont fait passer à travers leur interprétation était un pur bonheur de communion, de trans-subjectivité et d’empowerment. Figurez-vous que je me suis senti grandi, comme regardé par eux. J’étais Dulcinea. Tout au long du spectacle, je sentais mon cœur s’ouvrir, accueillir, je percevais petit à petit les mots chantés comme sortant de ma propre bouche. Et je pleurais d’émotion d’être ainsi entrainé sur la scène, dans le monde, dans la vie. J’en avais l’autorisation, j’y étais invité, j’y étais.

Quel spectacle ! Quelle épreuve ! Lire la suite

Ecouter le silence…

C’est pas que je sois particulièrement mondain mais, comme tout le monde j’espère, j’ai une vie sociale. Conférences, vernissages, sorties culturelles, diners et soirées ponctuent agréablement ma vie. Lors des rencontres que ne manquent pas de générer ces divers événements, j’en entends parfois de belles:

-«Alors, il paraît que tu es coach. Un de mes amis l’est aussi, il travaille dans une salle de fitness… »

-«C’est pas un peu galvaudé, ce terme depuis quelques années? »

-«Tu dois quand même avoir toutes les solutions à tous les problèmes, alors? »

-«Qu’est ce que tu ferais, toi face à mon boss ? Non, t’inquiète, j’ai juste besoin d’un petit conseil … »

– …

Si ces quelques répliques témoignent surtout de l’ambiguïté relative à l’appellation « coach » et d’une certaine méconnaissance de la pratique du coaching, elles me font tout de même sourire. Elles me rappellent notre ancien médecin de famille qui, il y a très longtemps, nous disait éviter les soirées mondaines parce qu’il n’y trouvait jamais la paix:  Lire la suite

Wake-up time!

Sortie d’hibernation…

Bien des choses se sont passées durant les neuf mois qu’a duré mon silence. Imaginez, neuf mois, c’est le temps d’une grossesse… Et d’ailleurs, ce n’est peut-être pas un hasard…

Mon hibernation concernait le blog, un choix délibéré pour me permettre de consacrer mon énergie à ce qui m’apparaissait alors comme essentiel: la création de notre nouveau lieu de vie à Louvain-la-Neuve et la pérennisation de l’Ecole des Professionnels de la Relation, pour ne citer que deux exemples.

Bref, une question de choix qui – et c’est inévitable – impliquait des renoncements nécessaires. Mais aussi une prise de risque fantasmée pour me remettre face à des épreuves de jeunesse. Que va dire ma mère si…

Mais le temps est venu de reprendre la plume et de vous retrouver pour notre rendez-vous hebdomadaire. J’en tire un plaisir immense! Lire la suite

Réveillons les fêtes!

Nous voilà au plus profond de l’hiver. La nuit s’installe et s’étend pour ne laisser au jour que quelques rares éclats. Dans les thermomètres, le mercure se fait timide et quelques flocons plus téméraires sont même tombés ces dernières nuits. 

Ce sont là les signes que, comme moi, vous attendiez peut-être pour adopter un tempo plus doux…  Alors, quelles que soient nos croyances ou options philosophiques, profitons de cet entre-deux pour célébrer! 

Chantons, rions, fêtons, soyons émus, rencontrons, échangeons, bref, vivons!

Merci d’avoir été là en 2018, c’était vraiment cool! Rendez-vous en 2019 pour de nouvelles aventures…

voeux EPR 2019

Tout n’est pas bon à dire…

Cinéma, théâtre, danse, opéra, musique, peinture et j’en oublie certainement sont autant d’accès à l’imaginaire. Le notre autant que celui des créatifs. Mais toutes ces formes d’art sont aussi des représentations symboliques des réalités d’aujourd’hui. À ce titre, elles nous stimulent et contribuent à nous faire réfléchir et parfois même agir.

Je viens d’assister à la projection du film consacré à Alexander Mc Queen qui fut créateur de mode pour des maisons aussi prestigieuse que Givenchy et Gucci. Au-delà du parcours forcément singulier de ce talentueux écorché vif, le film interroge sur le rôle de la sensibilité, de l’intuition et de l’audace. Trois qualités dont je pense qu’elles sont absolument essentielles aux coaches que nous sommes. D’ailleurs, en tant que coaches, ne sommes-nous pas, nous aussi, des artistes?

Lire la suite

Morne norme…

Cette semaine de Toussaint m’a replongé dans le passé. Il y a cinquante ans, dans la famille, les « fêtes » de Toussaint étaient l’occasion de rendre visite aux oncles et tantes avant d’aller nous recueillir sur les tombes des ancêtres. C’était normal: à l’époque, c’est comme cela que ça se passait et personne ne songeait à s’en offusquer. 

Les temps ont bien changés et les critères de normalité aussi…

Si tout ou presque a déjà été dit sur le thème de la normalité, j’ai tout de même envie de m’y arrêter le temps de cette chronique. Mais rassurez-vous, pas de discours convenu, juste l’envie de céder la parole à deux personnalités aussi originales qu’attachantes: l’auteur et comédien Cédric Chapuis et le philosophe Josef Schovanec.

Nous avons découvert le premier cette semaine au Théâtre Le Public qui mettait à l’affiche son spectacle: « Une Vie sur Mesure ».  Pierre Martin y interprète Adrien Lepage qui, loin d’être idiot ou attardé, est juste… différent. Lire la suite

Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous.

Je viens de tomber en amour!

J’aime beaucoup cette expression québecquoise qui, comme nos lointains cousins en ont l’habitude, s’inspire de façon littérale de l’anglais (« to fall in love »). Je l’aime beaucoup parce qu’elle me permet de sortir de l’obligation de trouver un terme à mi-chemin entre amour et amitié. Entre attirance et intérêt. 

Bref, ces derniers jours, je suis tombé en amour pour le philosophe Alexandre Jollien, auteur du « Petit Traité de l’Abandon, pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se présente». 

Lire la suite