Archives du mot-clé Berne

Eric ou Viktor?

J’espère qu’Eric Berne et Viktor Frankl, les géniaux concepteurs de l’Analyse Transactionnelle (AT) pour le premier et de la Logothérapie pour le second, n’auraient pas pris ombrage de l’irrévérente familiarité du titre de cet article…

Reste la question que je vous (re)pose chère lectrice/cher lecteur: vous sentez-vous plus proche de la « doctrine » d’Eric Berne ou de celle de Viktor Frankl?

En ce qui me concerne, j’ai longtemps oscillé entre l’un et l’autre. Suivant les périodes, j’étais plutôt l’un ou l’autre, en fonction de ce qui m’animait alors. J’approfondissais l’analyse transactionnelle et je me sentais tellement proche de Berne. Je suivais quelques modules de Logothérapie et mon cœur se déplaçait vers Frankl. Un peu comme s’il m’était nécessaire de prendre parti. Lire la suite

Les Heures Sombres éclairent la TOB

« Les Heures Sombres » n’est pas pas seulement un film superbe, c’est aussi une occasion assez savoureuse de revisiter avec vous la TOB (Théorie Organisationnelle de Berne*). Il faut dire que le film nous montre une belle histoire de leadership assumé magistralement à plusieurs, quand, au début de la seconde guerre mondiale, les alliés furent défaits et contraints à une retraite sur l’Angleterre.

Présentant Churchill sous un angle qui m’est peu connu, Les Heures Sombres décrivent les tensions qu’un homme de son influence doit connaître. Leader insécure quant aux actions à initier, Churchill se montre fragile et rempli de doute dans l’intimité, dur et cassant en public. Leader sécure quant à ses opinions, conscient de ses relations tendues avec son environnement (le Roi et les membres du gouvernement), il se montre intuitif, fier et porteur d’un sens partagé. Lire la suite

Changer le pansement ou penser le changement?

Je crois me souvenir d’Eric Berne affirmant que toute transformation majeure et essentielle (révolution ou une décision vitale) s’opère systématiquement dans les larmes et dans le sang. Si cela est vrai, quel dommage de devoir en passer par là ! En même temps…

Il y a quelques jours, suite à la chute de Belie lors de l’une de nos randonnées, nous étions dans les couloirs de l’hôpital pour qu’elle y reçoive les soins nécessaires.

Assis en face de nous, deux jeunes d’une vingtaine d’année attendaient également d’être pris en charge. Les pansements qui leur couvraient les genoux, les coudes et les poignets n’avaient aucune incidence sur le large sourire qui leur barrait le visage. Lire la suite