Archives du mot-clé culpabilité

Le procès de la culpabilité…

Je reçois Claire pour deux heures de coaching. Entre autres sujets, elle évoque l’entretien qu’elle vient d’avoir avec son N-1.

-« Il m’a reproché de ne pas avoir annoncé sa nomination à l’ensemble de l’unité. Pour lui, c’était comme si je ne soutenais pas sa légitimité ! »

-« Alors ? »

-« Je me suis dit que j’avais merdé et que je n’étais pas à la hauteur. »

-« Et que lui as-tu répondu ? »

-« Que j’allais réfléchir. »

-« Et en toi, que vivais-tu à ce moment-là ? »

-« J’étais dans une sorte de brouillard, comme si l’horizon était bouché. Je ne voyais plus rien, sinon que j’étais coupable de n’avoir pas agi correctement. Ce qui est incroyable, c’est que quand j’ai dit à ma secrétaire que nous devions annoncer sa nomination, elle m’a rappelé que je l’avais fait lors du dernier comité. Je ne m’en souvenais plus. J’aimerais que tu m’aides à ne plus me sentir coupable ! » Lire la suite

Le choix des âmes…

choisir

André Gide a dit : « Choisir, c’est mourir un peu ». Formule certes un rien excessive mais qui n’est pas totalement dénuée de vérité.

Je l’ai encore vérifié l’autre jour, en formation, lors de la constitution des groupes de pairs. Choisir, être choisi, faire le bon choix, éviter les mauvais choix. Ne pas savoir (c’est du belge) ni connaître (c’est bilingue) le futur. Quelle guigne. Ça ne simplifie pas la vie !

Cela interroge la personne sur qui elle est, sur sa sécurité, sur son pouvoir, sur son influence… Bref, sur son scénario.  Lire la suite

Dans ma branche, il faut parfois se méfier de ses racines…

Arbre%205%20generations

Mon cher papa,

Je viens de penser à toi et plus particulièrement à ton commerce et à ta société. Je me revois, il y a 40 ans, dans le salon de Namur (en Belgique) où tu nous avais réunis pour nous annoncer ton intention de céder tes actions à l’un de nos frères. Avant de le faire, tu désirais notre accord. Je n’ai aucun souvenir des conditions de la transaction. J’ai tout effacé de ma mémoire.

Finalement, tu n’as pas légué tes parts et tu es resté actionnaire largement majoritaire de ta société tout en confiant à ce frère le rôle de gérant. Avec quel pouvoir ? Quelle influence ? Je l’ignore…

Pendant de nombreuses années, j’ai tenté de t’aider à sortir de cette situation. En vain. Je sentais chez toi (et chez maman) comme un blocage, une volonté de rester dans cet imbroglio malgré tous les inconvénients qu’il comportait. Lire la suite