Archives du mot-clé Frankl

Dieu ne pouvait être partout, alors il a créé la mère.

Dites-moi si je me trompe mais il me semble que j’ai toujours exprimé sur ce blog la confiance indéfectible que j’ai tant dans la vie que dans l’être humain. Le regard que je porte reste celui de la confiance et de l’optimisme même si ce dernier peut parfois être tragique comme nous l’enseigne Viktor Frankl. 

Je veux célébrer aujourd’hui encore la force de la vie et de l’amour, quels que soient les événements qui peuvent nous éprouver.  Ce que le monde traverse actuellement est inédit. En 63 ans d’existence, c’est la première fois que je connais cela. Il y a pas de mots pour décrire la situation d’aujourd’hui. Toute tentative de débusquer un complot, des erreurs humaines, de la manipulation ou une prise d’otages planétaire à des fins économico-politiques me semble vaine. Et de toute façon, cela ne change rien à ce que je vis. Lire la suite

Maintenant, nous avons le temps de le prendre…

Voilà plus de six semaines que nous sommes confinés et personne ne sait vraiment quand nous retrouverons la vie d’avant. Tous les experts, virologues, épidémiologistes, experts en santé et politiciens s’accordent sur un point: il faudra encore du temps avant d’en sortir. Oui, du temps ! 

Au même moment, d’autres experts, économistes, financiers et grands patrons disent à peu près le contraire: on n’a plus le temps de perdre du temps !

Dans les colonnes du journal Le Soir du 25 avril, Pierre Rhabi déclarait: « Aujourd’hui, l’un de nos enjeux est de retrouver le temps. Et le temps, ce n’est pas de l’argent. Un poète disait : ‘vous pouvez gronder autant que vous le voulez votre plant de légume, il ne donnera sa sève que quand ce sera le moment. Il faut écouter le cœur qui bat dans le cosmos. C’est lui qui marque la cadence. » Lire la suite

Eric ou Viktor?

J’espère qu’Eric Berne et Viktor Frankl, les géniaux concepteurs de l’Analyse Transactionnelle (AT) pour le premier et de la Logothérapie pour le second, n’auraient pas pris ombrage de l’irrévérente familiarité du titre de cet article…

Reste la question que je vous (re)pose chère lectrice/cher lecteur: vous sentez-vous plus proche de la « doctrine » d’Eric Berne ou de celle de Viktor Frankl?

En ce qui me concerne, j’ai longtemps oscillé entre l’un et l’autre. Suivant les périodes, j’étais plutôt l’un ou l’autre, en fonction de ce qui m’animait alors. J’approfondissais l’analyse transactionnelle et je me sentais tellement proche de Berne. Je suivais quelques modules de Logothérapie et mon cœur se déplaçait vers Frankl. Un peu comme s’il m’était nécessaire de prendre parti. Lire la suite

L’optimisme tragique…

Lorsqu’on lui demandait ce qu’il pensait du monde, Viktor Frankl affirmait invariablement sa conviction d’un optimisme tragique.

Je viens de donner cours aux étudiants de l’IPC, université parisienne de philosophie et de psychologie. Très belle occasion de rencontrer des jeunes en formation de psychologie, intéressés par la logothérapie. Occasion aussi de percevoir l’énergie dans laquelle cette nouvelle génération se meut face aux défis du monde actuel. Occasion enfin de mesurer la justesse de cette formule de « l’optimisme tragique » dans la logothérapie.

Je sors vivifié de cette rencontre avec des jeunes enthousiastes en quête de sens et d’action, ouverts à de nouvelles pratiques, avides de cohérence. Je mesure là l’envie, la passion, la joie, l’optimisme.  Lire la suite

Je pense donc je fuis…

photo-1471180625745-944903837c22

« Cogito ergo sum »

Me voilà lancé dans une réflexion philosophico-existentielle à la suite de Descartes.

Je me suis longtemps contenté de la traduction « je pense, donc je suis » qui me confortait dans ma croyance en la supériorité de la pensée et de la réflexion intellectuelle. Puis un jour, j’en ai découvert une autre interprétation: « je doute, donc je suis »…

Lire la suite

Avant de filer le parfait amour, il faut parfois le prendre en filature…

80ccca942c2329d878b1c30559ca0772

-« J’ai l’impression qu’on s’est déjà rencontrés ! »

-« Non, non, pas du tout ! »

-« Ah bon… »

Tiens, se dit l’auteur de la première réplique, c’est étrange, j’ai l’impression de l’avoir déjà vue et elle semble tellement triste. Qui est-elle ?

Il s’appelle Vincent Michot et il est fasciné par cette fille mystérieuse et un peu triste. C’est donc assez naturellement qu’il met en place des filatures (tellement discrètes qu’elle finit par s’en rendre compte et par y opposer une contre-filature à découvrir à l’écran…), analyse le contenu de ses poubelles et découvre qu’elle s’appelle Rosalie Blum. C’est aussi le titre du film…

Lire la suite

Quatre week-ends pour se poser les questions fondamentales (et quelques autres…)

questios-reponses

Qui suis-je ? Où suis-je ? Que fais-je ? Qu’est-ce que l’homme, la vie, la mort ? Tout cela a-t-il un sens ?

Vous êtes sur votre chemin de développement personnel ? Vous voulez prendre le temps de vous poser, un temps de réflexion, d’ouverture et de partage ? Vous cherchez à énoncer, à choisir votre regard sur vous-même, les autres et le monde ? Vous cherchez à aligner, à rendre cohérents et congruents votre liberté, votre responsabilité et vos engagements ? Vous travaillez dans la relation d’aide qu’elle s’établisse en milieu hospitalier, scolaire, familial, social ou professionnel ?

En janvier, avril, juin et octobre 2016, à Bruxelles, je vous propose quatre week-ends prolongés de formation, d’expérimentation et de mise en œuvre des éléments de l’anthropologie de V.Frankl, fondateur de la logothérapie et de la phénoménologie de la vie de M.Henry. Lire la suite

Conscience, liberté, responsabilité, transcendance.

liberteleger

Ces quatre mots résument assez bien l’anthropologie de Viktor Frankl car ils font de l’homme, une personne, une existence, une vie.

J’en étais là de cette réflexion quand arrivèrent Nils et Aude. L’un et l’autre venaient me consulter ensemble afin d’être supervisés sur leur pratique de coach. Nils cherchait à renforcer sa sécurité ontologique (son être, ses compétences, ses ressources, sa capacité à être en action à une juste place). Quant à Aude, elle était porteuse de questions concrètes et opérationnelles dans l’accompagnement qu’elle faisait en posture de coach interne au sein de son entreprise.

J’ai donc travaillé avec eux, coopérant durant la supervision avec l’un et l’autre en fonction de la situation, du cas présenté et de l’interlocuteur direct que j’avais en face de moi. Une fois client, une fois partenaire, une fois client et partenaire. Une supervision, des supervisés et des acteurs 5*.

Quel lien avec la réflexion dans laquelle j’étais engagé à leur arrivée ? Lire la suite

Un ami c’est quelqu’un qui vous connait bien et qui vous aime quand même…*

le coeur

Hier soir, nous étions entre amis. Une rencontre quasiment mensuelle qui nous permet de nous retrouver entre hommes pour d’extraordinaires moments d’amitié et de partage.

Ce soir-là, Xavier posait la question : qu’est-ce qui vous nourrit dans vos vies ?

Dans nos moments d’échange, j’aime rester dans la spontanéité, ne pas trop réfléchir, laisser monter en moi les réponses du moment et les exprimer

De suite, je me sens stimulé et je ne suis pas le seul. Chacun participe et les réponses fusent :  Lire la suite

Les regrets sont éternels. Surtout à la fin…

regret

Valentin me rappelait récemment un article de Bronnie Ware. J’ai envie d’en partager l’essentiel avec vous, même si je suppose que, pour la plupart d’entre vous, vous ne travaillez pas avec des personnes en fin de vie.

Bronnie Ware a interviewé des personnes en fin de vie à propos des regrets qu’ils pouvaient avoir à leur âge et dans leur situation.

L’article complet peut être obtenu sur internet. En résumé, les 5 regrets les plus souvent formulés sont :  Lire la suite